Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Ces notes ont été prises à l'occasion  d'une "enquête" menée sur la disparition d'un soldat de la guerre de 1870, Jean Alexandre Châble, mobile sarthois.

De cette enquête est né un livre:

 

 

Mallet, Dominique : La Bataille du Mans et les Prussiens au Mans.

 

 

Avant de combattre, le 33ème régiment de mobiles est allé à Blois en garnison. Le 25 octobre, départ pour combattre, en direction de la forêt de Marchenoir. Pluie diluvienne. La 4ème compagnie et la cinquième dorment à Autainville. Le reste du second bataillon est échelonné sur la lisière de la forêt. Au loin, ils aperçoivent les premiers prussiens, à Binas.

 

Depuis 3 semaines que nous tenions virtuellement campagne, notre régiment de garde-mobile avait un tout autre aspect qu’au début.

Notre nombre avait déjà quelque peu diminué, par suite du départ des rangs d’un certain nombre d’hommes débiles, qui n’avaient pu supporter les premières fatigues. Les maladies, parmi lesquelles la variole, la dysenterie et la fièvre typhoïde, avaient contribué aussi à faire des vides.

 

8 novembre : colonel M. de la Touanne, commandant M. de Montesson

 

Il dit qu’il fait partie de la garde mobile. 4ème compagnie (Alexandre fait partie de la 7ème). En argot : moblots. Première division du 16ème corps.

Chaque régiment de mobiles avait du reste son aspect particulier : la Sarthe était reconnaissable à ses blouses bleues.

9 novembre 1870 : bataille de Coulmiers commandant Charles de Montesson. 44 tués et 220 blessées dans le régiment.

La 6ème compagnie est commandée par H. Couturié.

Réveil sans clairon…. Présence nouvelle d’une quantité de chariots d’ambulances, qui nous suivaient à courte distance.

Sur notre gauche, nous apercevions de grandes lignes d’infanterie, en doubles lignes de bataillons comme nous-mêmes, au milieu desquelles s’intercalait de l’artillerie, et puis encore d’autres bataillons qui apparaissaient dans le lointain.

Comment nous autres, pauvres conscrits ignorant toute tactique, pouvions- nous deviner l’ordre de marche ?

 

Charles de Montesson se blesse et est transporté à l’ambulance. Puis dans un château la Gaudinière, transformé en ambulance.

 

​Retour au sommaire

Tag(s) : #Guerre de 1870

Partager cet article

Repost 0