Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

INFOS TROUVEES DANS LES REGISTRES D ETAT CIVIL D ORLEANS

 

Ces notes ont été prises à l'occasion  d'une "enquête" menée sur la disparition d'un soldat de la guerre de 1870, Jean Alexandre Châble, mobile sarthois.

 

 

Le 13 mars 2016,

En recherchant dans les archives de la Sarthe des traces de Jean Alexandre, j'ai été déçue de ne rien trouver après avoir fouillé les registres concernant les soldats morts. J'ai pensé que c'était dû au fait de l'erreur d'orthographe dans le patronyme. Aucun Châble Jean Alexandre ne peut être décédé puisque c'est un Alexandre Choble qui est décédé. Or, en 1871, le 15 janvier, le lien entre Choble et Châble n'avait pas été établi.

J'ai donc pensé que, ne voyant pas son frère rentrer de la guerre alors que lui même en était revenu, Louis et sa mère Anne Dhommée étaient allés à la mairie déclarer la disparition de Jean Alexandre.

Mais dans les registres des soldats disparus pour lesquels des enquêtes de gendarmerie ont été effectuées, rien.

Mon ami Pierre a suggéré qu'il n'était fait aucune mention du décès d'Alexandre dans les papiers militaires parce qu'il n'était pas décédé au combat ou suite de ses blessures mais d'une maladie n'ayant rien à voir avec un fait militaire.

Alors, j'ai contacté la personne qui a relevé, sur Mémorialgenweb, le décès d'Alexandre en précisant que la mention "mort pour la France" n'était pas applicable. Il m'a expliqué qu'il avait coché cette case ( mention non applicable) parce qu' Alexandre Choble ne faisait pas partie de la liste des "soldats morts pour la France" répertoriés sur le site de la défense Mémoire des hommes. Il n'avait pas d'autres documents que l'acte de décès dans les registres dOrléans.

Je suis donc retournée farfouiller les registres d'Etat civil d'Orléans et.....

Et, en Janvier 1871, en 15 jours, il y a plus de 200 déclarations de décès de soldats de différents régiments, venant de plusieurs ambulances.

J'ai relevé , entre le premier et le 16 janvier, pas moins de 8 ambulances différentes:

-ambulance de Mme Veuve Petit

-ambulance de la caserne de l'Etape

-ambulance du monastère des visitations

-ambulance des sourds muets

-ambulance de la manutention militaire

-ambulance des soeurs de St Aignan

-ambulance des soeurs Notre Dame des Aydes

-ambulance de la caserne Saint Charles

Quelques que soient les ambulanciers venus témoigner, les causes du décès ne sont jamais mentionnées. Et je doute que ces 200 et plus soldats soient décédés pour des raisons étrangères aux différentes luttes armées engagées aux environs d'Orléans.

J'ai donc relevé les décès déclarés par les ambulanciers de la caserne Saint Charles dont les infirmiers sont Pierre Dubos, Frédéric Mirablon, Jules de Batines.

-N°36, Quanor Antoine ( 37ème Régiment de marche)

-N°57, Catang Etienne Jean

-N° 58, Lienhart Etienne (bavarois)

-N°59, Mirguet Jules Stanislas

-78ème acte:Desage Jean-Pierre, 36ème régiment de ligne

-N°120, Maréchal François

-N°160, Maloy Pierre (71ème régiment de mobiles)

-N°161, Bruneau Jean-Louis ( 14ème régiment d'infanterie de ligne)

-N°162, Goyard Jean-baptiste

-N°309, Béthune Gustave

-N° ??, Nicolas Marc

-N°328, Choble Alexandre, 16ème régiment de mobiles, décédé le dimanche 15 janvier à 14h

N°329, Unvoas Yves, 4ème régiment de ligne (34 de marche) décédé le 15.01 à 20h00

J'ai stoppé ici. Ainsi, le dimanche 15 janvier, deux hommes sont morts à l'ambulance St Charles: Mon Alexandre et Yves.

Certains décés, rapportés par d'autres ambulances sont bien renseignés. Le numéro matricule est cité, la filiation du soldat établie. Les décès rapportés par l'ambulance St Charles ne sont jamais très précis. De nombreux soldats sont logés à la même enseigne que mon Alexandre: pas de filiation, pas de matricule, tout juste un régiment mais pas de département cité.....

Conclusion, hypothèses:

Mon Alexandre est bien un soldat mort suite à ses blessures.

Il a été inhumé avec les autres soldats décédés à l'ambulance St Charles. Il faudrait trouver les dossiers d'inhumation du Faubourg St Marceau là où se trouvait l'ambulance St Charles.

Il faudrait aussi retrouver les dossiers de l'ambulance St Charles car il y aurait certainement le bulletin d'entrée dans l'ambulance de Mon Alexandre.

Je cherche toujours à comprendre comment il est passé du 4ème bataillon de la 7ème compagnie de la garde nationale Mobile de la Sarthe au 16ème régiment de mobiles. (là, j'ai eu la réponse grâce aux mémoires de La Touanne)

Je me dis qu'il a dû terminer dans un genre de fosse commune et que, n'étant pas réapparu près de sa famille, un an plus tard, l'administration a enfin établi un lien entre choble Alexandre et Chable Jean Alexandre matricule 4537.

Il faut que j'aille aux archives d'Orléans afin de mettre le nez dans les regsitres paroissiaux pour relever les inhumations.

Le 16 mai 2016

Je suis allée aux archives consulter les registres de la paroisse St Marceau dans laquelle se tenait l'ambulance de la caserne St Charles:

-Le premier registre consulté était le "double" déposé à l'archévêché:

Dans ce registre, rien que des inhumations de paroissiens. Aucune mention d'ihnumations de militaires.

-Le second registre consulté était l'original, le 54 J 15, nettement moins bien écrit que le précédent.

J'y ai vu:

Des inhumations de soldats entre le 27 novembre 1870 et le 9 janvier 1871-

Après le 9 janvier 1871, plus aucune inhumation de soldats.

Mon Jean Alexandre étant décédé le 14 Janvier ne laisse aucune trace de lui dans ce registre: Pffff.... Quelle discrétion!!!!

J'en fus dépitée.

Du coup, j'ai photographié les actes. Les photographies sont moches, floues....Mais relues au calme, à la maison, j'ai pu dresser la liste des soldats inhumés dans le cimetière de St Marceau:

Au début, c’est assez précis. Les soldats sont inhumés par petit nombre.

A partir de décembre, le nombre augmente et tout n’est pas noté.

Il y a des erreurs, (comme 1871 au lieu de 1870).

Ça ressemble à du débordement.

Place à la retranscription:

-Le 27 novembre 1870, ont été inhumés au cimetière de la paroisse les corps de Jean Lescure, soldat de ligne, de François Lescure, garde mobile, de Morlat soldat de ligne et de Jean Lambert garde mobile, décédés la veille à l’ambulance St Charles

4 soldats

-Le 28 novembre 1870, par devant nous, vicaire soussigné, ont été inhumés au cimetière de la paroisse les corps de François Boyer, soldat de ligne et de Jean Dillaire, garde mobile décédé la veille à la caserne St Charles

2 soldats - (6)

-Le 29 novembre 1870, ont été inhumés au cimetière de la paroisse les corps de Lucien Lemaire, de Jean Lucas, de Claude Busson, et de deux autres militaires inconnus décédés la veille à l’ambulance St Charles

5 soldats (11)

-Le 30 novembre 1870, les corps de Mathurin Rondeau, garde mobile, décédé la veille à l’ambulance de St Charles et de Auguste Hérisson, garde mobile décédé la veille à l’ambulance St Marceau.

2 soldats (13)

-Du 1er décembre au 5 du même mois ont été inhumés 16 militaires français tant de l’ambulance St Charles que de celle des sœurs de la sagesse

16 soldats (29)

-Le deux décembre 1870 , par nous vicaire soussigné ont été inhumés au cimetière de la paroisse les corps de Chassery, de Laveau, Désiré Tournois, de Bailly, de Baptiste Delmas, Louis Pierre Robin, Louis Prosper Dellaîlle, de Sébastien et de deux autres soldats inconnus décédés à l’ambulance de st Charles

10 soldats (39)

-Le neuf ( ??? illisible : cela ressemble à un huit qui aurait été transformé en 9)décembre par nous vicaire soussigné a été inhumé au cimetière de cette paroisse le corps de 12 soldats de la caserne St Charles décédés la veille

12 soldats (51)

-Le huit décembre par nous vicaire soussigné a été inhumé au cimetière de cette paroisse le corps de François Lucas, décédé la veille à l’ambulance des sœurs de la sagesse.

1 soldat (52)

-Le neuf décembre ont été inhumés les corps de 7 soldats décédés à l’ambulance St Charles

7 soldats (59)

-Le 10 décembre 1870 , par nous vicaire soussigné, ont été inhumés au cimetière de la paroisse les corps de Chappuy, de Désiré Jarry, de Célestin Lescot, de Jean Paire et de six autres soldats inconnus décédés la veille à l’ambulance de St Charles.

10 soldats (69)

-Le 11 décembre ont été inhumés les corps de Charles Benuvière ( ???) et de Jean Gaudiller ( ?) et de trois autre soldats inconnus décédés la veille à l’ambulance de St charles.

5 soldats (74)

-Le 12 décembre a été inhumé au cimetière de la paroisse le corps d’un soldat inconnu décédé la veille à l’ambulance des sœurs.

1 soldat (75)

-Le 13 décembre a été inhumé le corps de Jean Marie Collet, de Pierre Touchard, de Mulbberger et de deux soldats inconnus décédés la veille à l’ambulance Saint Charles.

5 soldats (80)

-Le 14 décembre ont été inhumés Louis Adolphe Le Vautier, de Ravian, de Jean-baptiste Jonet (jouet ?), de François Cadet, décédés à l’ambulance de st Charles, de Jean Victor Laidet et d’un soldat inconnu décédés à l’ambulance de la rue St Marceau.

6 soldats (86)

-Le 15 décembre ont été inhumés les corps de Bégue, de Joseph Unterhaber, de Auguste Salier, de Dupont et d’un soldat inconnu, décédés à l’ambulance St Charles.

5 soldats (91)

-Le 16 décembre, ont été inhumés les corps de Guton ( ??), Deveau, Beaumery, Charles Louis Beauffe, Pierre Nouvel, et Mohamed Boujian del Abdel Kader décédés à l’ambulance st Charles

6 soldats (97)

-Le 18 décembre a été inhumé le corps de trois soldats, Mochi, Jean Godicheau, Lefranc, décédés à l'ambulance St Charles

3 soldats (100)

-Le 20 décembre a été inhumé le corps de 6 soldats, Fovereaux, Zeller, Demeunier, Guitton, Sicard, Boudot décédés à l’ambulance St Charles

6 soldats (106)

-Le 22 décembre a été inhumé le corps de 5 soldats Othon, J.B Caulin, et trois inconnus décédés à l’ambulance St Charles.

5 soldats (111)

A partir d'ici, Je n'arrive plus à lire les noms avec exactitude. ça sent franchement le débordement, le registre tenu à la "sauve qui peut"...

-Le 26 décembre 1871 ( ???!!) ont été inhumés les corps de Aubin, François Renaud, Pierre Leisesè, Henamot, Barbet, Beryougueux ( ??) décédés à l’ambulance St Charles.

6 soldats (117)

-Le 27 décembre 1871 ( ??) ont été inhumés les corps de Bounigaut, de Kock et de Saby décédés à l’ambulance St Charles.

3 soldats (chiffre 4 écrit dans la marge!!) (120)

-Le 28 décembre 1870 ont été inhumés les corps de Loliot, Delacour et Perrier soldats décédés à l’ambulance St Charles

3 soldats (123)

-Le 9 janvier 1871 été inhumés les corps de Louis Bauffe, de Paul Dupont et d’un soldat (mot non déchiffré « pompier ??? ») décédés à l’ambulance St Charles

3 soldats (126)

Aout 2016

Je m'interroge sur l'absence d'inhumations dans le cimetière St Marceau après le 9 Janvier. Je me demande si, faute de places, les soldats n'ont pas été inhumés dans une paroisse voisine. Ce n'est pas impossible puisque le conseil municipal d'Orléans soulève à cette époque le problème du manque de place et d'insalubrité dû aux inhumations trop nombres, aux tombes dans lesquelles trop de corps sont ensevelis et où, dans la précipitation, la distance avec la surface du sol n'est pas respectée: les tombes sont trop petites, pas assez profondes, trop chargées;

Les services sanitaires ont-ils contraint le curé de St Marceau à diriger les inhumations dans la paroisse voisine???

 

 

Retour au sommaire

54 J 15
54 J 15

54 J 15

54 J 15

54 J 15

54 J 15

54 J 15

Tableau récapitulatif:

 

Date

Nombre d’inhumations

Noms des soldats

Ambulances

27.11.1870

4

Jean Lescure, soldat de ligne

François Lescure garde mobile

Morlat soldat de ligne                  

 Jean Lambert garde mobile

St Charles

 

28.11.1870

2 (6)

François Boyer, soldat de ligne

Jean Dillaire, garde mobile

St Charles

 

29.11.1870

5 (11)

Lucien Lemaire

Jean Lucas

Claude Busson

deux autres militaires inconnus

St Charles

30.11.1870

2 (13)

Mathurin Rondeau, garde mobile, Auguste Hérisson, garde mobile

St Charles

St Marceau.

01.12.1870 au 05.12.1870

16 (29)

16 militaires

 

 

St Charles

Sœurs de la sagesse

02.12.1870

10 (39)

Chassery

Laveau

Désiré Tournois,

Bailly

Baptiste Delmas,

Louis Pierre Robin,

Louis Prosper Dellaîlle

Sébastien

et de deux autres soldats inconnus

St Charles

08.12.1870

12 (51)

12 soldats

Saint Charles

08.12.1870

1 (52)

François Lucas

Sœurs de la sagesse

09.12.1870

7 (59)

7 soldats

Saint Charles

10.12.1870

10 (69)

Chappuy

Désiré Jarry,

Célestin Lescot,

Jean Paire

six autres soldats inconnus

Saint Charles

11.12.1870

5 (74)

Charles Benuvière ( ???)  

 Jean Gaudiller ( ?)

trois autres  soldats inconnus

St Charles

12.12.1870

1 (75)

un soldat inconnu

Les Soeurs

13.12.1870

5 (81)

Jean Marie Collet,

 Pierre Touchard,

Mulbberger

deux soldats inconnus

St Charles

14.12.1870

5 (86)

Louis Adolphe Le Vautier,

Ravian,

Jean-baptiste Jonet (jouet ?),

 François Cadet,

Jean Victor Laidet

un soldat inconnu

St Charles

 

 

 

Ambulance de la rue St Marceau.

15.12.1870

5 (91)

Bégue,

Joseph Unterhaber

Auguste Salier

Dupont

 un soldat inconnu

St Charles

 

16.12.1870

6 (97)

Guton ( ??)

Deveau

Beaumery

Charles Louis Beauffe

Pierre Nouvel

Mohamed Boujian del Abdel Kader

 

St Charles

 

18.12.1870

3 (100)

Mochi

 Jean Godicheau

Lefranc

 

St Charles

20.12.1870

6 (106)

Fovereaux

 Zeller

Demeunier

Guitton

 Sicard

Boudot

St Charles

22.12.1870

5 (111)

Othon

J.B Caulin

trois inconnus

St Charles.

 

26.12.1870

6 (117)

Aubin

François Renaud

Pierre Leisesè

Henamot

Barbet,

Beryougueux ( ??)

St Charles.

 

27.12.1870

3 (120)

Bounigaut

Kock

Saby

St Charles

28.12.1870

3 (123)

Loliot

Delacour

Perrier

St Charles

09.01.1871

3 (126)

Louis Bauffe

Paul Dupont

un soldat

St Charles

 

 

 

Impossible qu'il n'y ait pas eu de décès entre le 28 décembre et le 9 janvier.

Ont-ils été inhumés ailleurs, dans la paroisse voisine, faute de place ???

C'est ce que j'imagine, surtout aprèas avoir lu les délibérations du conseil municipal au sujet du cimetière St MArceau.

Voici quelques extraits:

 

 

3 décembre 1870

Questions des ambulances

"M le Maire dit qu'il a réuni le conseil afin de lui faire connaître les craintes suggérées par l'insuffisance qui pourrait se produire dans les ambulances disposées en ce moment pour recueillir les blessés. Dans la circonstance, il est urgent d'aviser sans retard et de préparer le plus tôt possible des locaux pourvus de tout ce qui peut être nécessaire. Les établissements publics sont encombrés, il faut donc faire appel à l'intervention de nos concitoyens. A cet effet, M. le Maire propose aux membres du conseil de se fractionner afin de rechercher les habitants auxquels il conviendrait de recueillir et de soigner les militaires blessés.Le conseil accueille avec empressement la proposition de M. le Marie et a pris divers renseignements fournis sur l'appui promis par l'intendance Mre sur les moyens de procurer les ressources indispensables en ce qui concerne les médecins, les soins, aux médicaments et il est procédé au fractionnement et le conseil décide que dès le ledemain les visites seront communes dans chaque quartier de la ville

 

7 janvier 1871 page 47

M. le Maire entretient le conseil de l'insuffisance que présente l'étendue des cimetières par suite des nombreuses inhumations réclamées chaque jour et qui sont la conséquence de la guerre et de l'occupation de la ville par l'armée allemande. Il devient nécessaire et urgent ainsi qu'on pourra reconnaitre, d'aviser sans retard et de prendre des mesures pour l'agrandissement des cimetières. Il ne sera pas question du faubourg St Jean dans lequel les inhumations ne se font que dans des propositions restreintes mais de ceux de St Marceau et de St Vincent.

A St Marceau d'abord, aucune partie du cimetière n'est en ce moment disponible. Toute son étendue est occupée soit par les concessions soit par des terrains pour lesquels ne s'est pas encore accomplie la durée du temps légal de cinq années pendant lesquelles les sépultures ne peuvent être renouvelées. Il y a donc lieu d'agrandir immédiatement le cimetière et l'administration s'est mise à cet effet en rapport avec les propriétaires des terrain contigus pour lesquels elle s'est entendue afin d'acquérir , sauf l'approbation du conseil , six parcelles comprenant ensemble 29 ares 20 ?? sises au nord du cimetière actuel qui serait ainsi augmenté dans des porportions largement suffisantes. Ces parcelles seraient acquises moyennant un prix de ....2 197 F 57

il deviendrait indispensable de clore ces terrains et d'ouvrir une porte afin d'établir une communication [...).....337 f 50

Il y aurait encore à réparer une petite construction servant à abriter le gardien employé aux travaux ordinaires du cimetière ; ces fraix sont évalués à .......150

soit ensemble: 20685 f 07

Enfin, il conviendrait d'ajouter à ce chiffre une somme destinée à pourvoir aux fraix d'actes, ce qui donne à prévoir une dépense totale d'environ 3 000F

Si donc le conseil municipal admet la proposition de l'administration en ce qui concerne le cimetière St Marceu, M le Maire demande qu'il veuille bien en décider sa réalisation par l'adoption de la délibération suivante.

Le conseil municipal

Considérant que le cimetière St marceau ne présente plus aucun emplacement disponible pour recevoir les sépultures dont le nombre s'est accru depuis quelques temps dans des proportions telles que toute son étendue est occupée;

que par conséquent il est urgent d'aviser sans retard au moyen d'agrandir ce cimétière en y ajoutant des terrains qui lui soient autant que possible contigus

autorise M. le Maire à acquérir de divers, 6 parcelles de terre sises au nord du dit cimetière (...) configurées au plan dressé par M.le Voyer de la ville et annexé à la présente délibération. (...)

Bref, un crédit de 3000 f est ouvert.

Le conseil, après avoir pris connaissance des plans et devis qui lui sont communiqués, vote à l'unanimité la délibération qui précède.

En ce qui concerne le cimetière St Vincent (...)Si toute son étendue n'est pas encore employée, il est reconnu que le nombre des décès quotidiens absorbera en moins de 20 jours les parties dont on peut en ce moment disposer. Aussi, M. le Maire ne croit pas devoir demander l'acquisition mais seulement la location d'une pièce de terre qui semble convenir par son étendue et sa proximité. L'administration s'est d'autant plus arrêtée à cette proposition que les prétentions en cas de vente de la part des propriétaires voisins paraissent inacceptables. Ainsi, il était question de dix mille francs pour 42 ares de contenance tandis qu'une portion de terrain mesurant 2432 ares serait louée au prix annnuel de 116 francs.

M. Germon demande la parole et dit qu'il ne peut s'arrêter à cette pensée que plus tard, à la fin du bail, ce champ soit rendu à la culture après l'usage qui en sera fait. Mais après les explications, M. Germon ne persiste pas.

Donc, proposition acceptée.

 

 

Quant à l'absence de déclaration d'inhumations de soldats dans les registres des paroisses alentours ou dans les registres de catholicité de St Marceau, l'idée m'est venue que la raison en était peut être tout simplement la religion. Le curé avait-il le droit d'inhumer dans son cimetière des hommes de confession différente? Rien ne pouvait prouver au curé que les soldats qu'il inhumait étaitent catholiques d'autant plus qu'il inhumait aussi des Prussiens. Peut être est-ce là la raison qui fait que le double du registre d'inhumation destiné à l'évèché ne mentionne pas les soldats mais uniquement les paroissiens...

Tag(s) : #Guerre de 1870

Partager cet article

Repost 0